Le goût du bon

Faire le marché, cuisiner passer un bon moment avec la famille ,les amis. Le principal étant de faire plaisir et de se faire plaisir.

Related Posts with Thumbnails

16 avril 2010

Ma visite chez les frères Tang

De passage à Paris, non loin d’un des magasins des frères Tang, je ne pouvais résister.

Dès l’arrivée, tout est impressionnant. Les voitures font la queue pour se garer au parking, il y a une file donc je ne vois même pas le bout. Les piétons se faufilent entre les déchargements pour atteindre l’entrée. Nous faisons de même. On passe une tente où déjà les produits sont exposés, j’aperçois des flacons de sauce soja, et hop portée par le mouvement, j’arrive dans le supermarché. Que dire, un grand bazar avec pleins d’ingrédients inconnus, les rayons sont grossiers. La rareté n’est pas de rigueur ici au vue des quantités exposées.

Dès le départ aucun repère, je ne trouve pas vraiment d’organisation du style salé/sucrée, mais surtout, je ne connais pas les produits. Je tombe sur le rayon thé, là encore je suis perdue. Je ne connais pas vraiment les thés, et depuis que j’en consomme tous les matins, j’apprécie autre chose qu’un simple thé en sachet. J’ai pu trouver un thé vert au jasmin, très classique avec lequel j’aime manger. Puis un autre thé noir et encore un autre. Le prix 1.5 € la boite de 100gr, imbattable contre le 7€ les 100gr payé il n’y a pas si longtemps dans une épicerie spécialisée. Même si je sais que les prix diffèrent beaucoup en fonction de la provenance et de la qualité, justement celle ci n’était pas au rendez vous.

Les étiquettes portent la traduction en français, heureusement, sinon j’aurai été incapable d’en choisir un seul. J’essaye de visualiser le plus de chose, je cherche des ingrédients bien typiques que j’affectionne dans ma cuisine et qui me font défaut par chez nous, mais c’est dur. Je ne veux pas y rester des heures par respect des personnes qui m’accompagnent, mais c’est difficile, très difficile. J’y resterai pourtant avec plaisir pour chercher, choisir ce dont j’ai envie de tester, faire des découvertes……… Je décide de ne pas faire attention aux rayons frais car je n’ai pas la possibilité de transporter des denrées périssables. Même si la profusion de vert dans l’un des bacs réfrigérés m’interpelle. Ce sont les feuilles de bananiers, la citronnelle, les jeunes pousses de gingembre. Les gâteaux de riz emballés dans ces feuilles, nourriture habituelle pour cette population, qui nous semble bizarre pour nous autres. J’avais lu un livre un jour (je ne me souviens plus lequel) où l’écrivain racontait que culturellement lorsque les japonais avait un long trajet à faire, ils emportaient des petits gâteaux de riz en guise de collation contrairement à nous qui emportons plus facilement des gâteux secs. Là dans l’étale je visualisais enfin ces petites collations. Au fond ce rayon frais, l’occidentalisation a fait son chemin, il y avait des yaourts que l’on trouve dans tous les supermarchés classiques, j’ai souri.

Dans le dédale des rayons, je trouve du vinaigre de riz, indispensable pour les assaisonnements et les sushis, mais là aussi, encore une fois je suis perplexe, tant de choix, lequel prendre ? Tiens, cette étiquette me rappelle un achat, ça sera celui là, inutile de se compliquer. Pareil pour le wasabi, je me repère à des emballages déjà vus et testés. Je me risque à demander où ce situe le dashi? incompréhension totale de mes interlocuteurs, j’ose “mais si c’est de la bonite séchée pour faire la soupe machin (mince, mince, je trouve plus le nom)” je me sens soudainement seule, j’abandonne mon explication, plus que limite et laisse tranquille ces braves messieurs. D’ailleurs ils ne chôment pas, les rayons paraissent en perpétuelle réapprovisionnement, ça fourmille de petites mains qui remplissent les linéaires. Me rappelant soudainement que nous voyageons en train avec peu de bagage, mes emplettes étaient largement suffisantes. 

Sortie de là, je me suis dit Waouh, j’habiterai ici je pourrais cuisiner asiatique encore plus et expérimenter pleins de nouvelles saveurs…………….. En tout cas un vrai moment plaisir et de découverte pour moi, qui n’aime pas les grandes surfaces particulièrement !

                 Quelques recettes aux accents asiatiques déjà publiées:

IMGP2387

 

Posté par frederiquev à 08:50 - un peu de blabla, des livres et autres - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Félicitations pour ton baptême de Tang Freres
    Moi j'y vais assez régulièrement, malheureusement tu ne peux pas demander d'aide, les gens ne sont pas là pour ça. Pour le dashi il n'y en a jamais chez eux, c'est un produit trop japonais. Il faut essayer les magasins vers opéra, les vrais épiceries japonaises.

    Posté par Laurie, 20 avril 2010 à 10:11
  • Les frères Tang

    Coucou Frédérique,

    Ici dans le sud, nous avons des magasins spécialisés comme les frères Tang mais pas aussi grands, c'est exactement la même ambiance que tu décris, ce qui est dommage c'est que bien souvent, nous n'arrivons pas à nous faire comprendre par les petites mains qui travaillent là-bas.
    Quel régal les sushis et rouleaux de printemps, je ne me suis pas aventurée à d'autres plats
    gros bisous
    A bientôt

    Posté par Calyne, 10 juin 2010 à 09:43

Poster un commentaire